Le Titanic était équipé du système de TSF de Marconi, son officier radio a pu envoyer des SOS dont l’un a été capté par le navire Carpathia, lui aussi équipé du même système, qui s’est alors détourné de sa route pour lui prêter secours. Arrivé 7 heures plus tard, il a encore pu sauver 717 vies.

Le chemin Marconi nous a emmenés à travers le village jusqu’à la Pierre Bergère, un bloc erratique dominant le village, depuis lequel Marconi envoyait ses signaux tandis qu’un enfant du village, qu’il avait engagé, crapahutait dans les prairies avoisinantes muni d’un récepteur relié à une sonnette et d’un drapeau qu’il agitait lorsqu’il entendait la sonnerie. L’enfant s’est ainsi éloigné de plus en plus du rocher, jusqu’à se trouver à 1,5 km.

Le repas pris en commun au café-restaurant de l’Union a été un bon moment de détente et l’occasion pour les conjoints de faire la connaissance des membres du club.

La visite de l’IDIAP de Martigny en a surpris plus d’un. Premièrement, il n’y a pas eu de visite proprement dite, mais un exposé du vice-directeur qui nous a tenus en haleine durant une heure et demie, entrecoupée de nombreuses questions. Fondé en 1991, cet institut travaille essentiellement sur l’intelligence artificielle appliquée à des besoins nombreux et variés comme la reconnaissance vocale, la reconnaissance des visages, la traduction, l’analyse des comportements, etc. Même Facebook bénéficie de l’expertise de l’IDIAP, puisque Mark Zuckerberg a appelé l’institut et a réussi à débaucher l’ingénieur ayant développé le système qui l’intéressait. Et puis le conférencier s’est dit lui-même surpris (agréablement) par le nombre et la pertinence des questions.

Jean-Claude Baltzinger

Pour en savoir plus:
IDIAP
Fondation Marconi
Club-Login

Informations supplémentaires